Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Aller en bas

Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Mer 20 Jan - 13:49

"Le hasard fait bien les choses". Ce vieil adage était devenu pour moi beaucoup plus qu'une litanie traditionnelle, je l'avais érigé en mode de vie. Pour ceux qui liront mes récits, comprenez bien qu'il ne s'agit pas là d'un fatalisme religieux ou d'un moyen de renier mes responsabilités. Je ne crois pas au destin, mais apprenez que les lois de l'univers laissent une part belle aux occurrences impossibles et aux statistiques improbables. J'ai en acquis la certitude durant les périples qui m'ont finalement propulsé au rang de premier Empereur d'Efendyl.


Chapitre 1 : Naissance

L’ancien Empire de Galos se résignait déjà lentement à mourir sous l’embargo des alliances voisines lorsqu’il me vit naître. La tradition de ce monde consumériste poussait les citoyens à laisser le soin aux équipes de Clonages & Mutations d’assurer leur descendance. Chacun vivait dans l’égoïsme le plus profond, ne s’attachant qu’éphémèrement à son prochain tant que celui-ci lui était profitable. Le renouvellement de la population était une affaire d’Etat et à chaque mort d’un citoyen, une naissance était programmée. L’amélioration considérable de la longévité par les progrès de la médecine et des implants rendait les citoyens quasi immortels et j’ai eu la chance de naître grâce au crash d’un vaisseau commercial, qui a permis de libérés 12 places.

Je ne me souviens que de peu de choses de mon enfance. Les rares nouveaux nés et enfants n’intéressaient personne jusqu’à l’obtention de leur majorité et de leur premier emploi, attribué sur des critères génétiques. L’éducation était totalement asservie pour que l’individu soit opérationnel au poste qui lui était destiné. Ainsi lorsqu’il l’occupait enfin, il se voyait attribué un logement, un salaire et devenait enfin un consommateur intéressant pour les lobbyings.
Pour ma part, j’ai toujours occupé une place bancale. Je me sentais à l’étroit constamment. Dans les cellules de dortoirs, dans les cours stéréotypés, dans les « loisirs » offerts par la société et qui consistaient surtout à préformer nos goûts de consommateurs… Je me sentais pariât au pays de la conformité, et c’est ma timidité naturelle qui m’a sauvé en m’incitant à conserver pour moi mes états d’âmes et mes pensées.

J’avoue plus facilement maintenant ma lâcheté. J’avais choisi de me taire et je ne faisais rien lorsque je voyais les Brigades de l’Empereur fondre sur citoyen jugé déviant et l’emmener pour le faire disparaitre. Un tabou social intimait l’ordre quasi organique de se soumettre à cette force étatique. Personne ne demandait ce qu’il advenait à ces pauvres hères car les liens sociaux avait été dissous à l’acide narcissique. Pourtant au fond de moi quelque chose bouillait je voulais me révolter mais je ne trouvais écho nulle part à mes idées.


C’est finalement au hasard d’une rafle que j’ai entrevu l’espoir. J’avais pris mes fonctions depuis peu dans le quartier industriel en tant qu’opérateur qualité. Un terme pompeux pour désigner les responsables en sortie de chaine de production de vérifier si les éléments sont conformes aux attentes.
J’abordais le premier carrefour me reconduisant chez moi lorsqu’une flycar aux couleurs des Brigades de l’Empereur stoppa net à quelques pas. Trois hommes en sortirent et immobilisèrent au sol un passant sans que celui-ci n’ai le temps ne serait ce que de réaliser ce qui lui arrivait. La scène se déroulait dans l’indifférence générale, comme à chaque fois. Hormis, une chose. Mais était-ce vraiment arrivé ? J’avais sûrement rêvé, je ne comprenais pourquoi, mais une femme avait discrètement numérisé la scène via son communicateur.

La flycar repartait déjà sans rien avoir remarqué et la femme commençait à s’éloigner. Pris d’une subite intuition, je décidai de la suivre. Mon corps s’engourdissait sous l’assaut de l’adrénaline. Je voulais la connaître, je voulais comprendre son geste. Son comportement semblait tellement incongru que j’y voyais un reflet de mes idées les plus enfouies. Je la suivais à distance, à cette heure les rues étaient presque vides. Elle empruntait des chemins détournés, s’enfonçant toujours plus profond dans les quartiers industriels. Je la suivais inconsciemment, prenant toujours plus de risque en me rapprochant pour ne pas la perdre. A un croisement, je l’ai vu tourné à gauche, mais en y arrivant, je tombai sur un cul de sac. La panique m’assaillit, je me retrouvais seul au milieu de nulle part. L’adrénaline de la chasse retomba aussi vite qu’elle était monté et un frisson me parcourut de la tête au pied : j’étais complètement perdu. Mon cerveau s’emballait, mon rythme cardiaque explosait. Soudain, un froid intense gagna ma carotide, juste sous cette étrange sensation de piqure, et se répandait en inhibant chacun de mes nerfs. La terre se mis à tourner et le sol se rapprocha dangereusement. Je me sentais sombré et ma vision se troubla, laissant le visage de ma « proie » s’imprimer sur mes rétines. C'est à cet instant que je suis né.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Mer 20 Jan - 13:55

C'est passionnant !
La suite ! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Mer 20 Jan - 13:57

Merci Darzen ! La suite est prévue, mais va me falloir un peu de temps :p

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Mer 20 Jan - 14:00

Évidemment !
Je ne suis moi même pas un modèle de rapidité !
J'aime beaucoup ton style wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Mer 20 Jan - 14:33

pas mal^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Mer 20 Jan - 15:15

pas mal du tout

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Invité le Ven 22 Jan - 22:42

Superbe introduction ! Ce monde fait froid dans le dos, il semble si proche de nous, finalement...
J'ai vraiment hâte de lire la suite, mais prends ton temps pour continuer à nous livrer une prose de cette qualité Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du 1er Empereur d'Efendyl - Part 1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum